Normal view MARC view

Physiopathologie et épidémiologie des infections liées aux cathéters veineux centraux [Bulletin]

 NITENBERG G ; JAGOT JL ; ANTOUN S ; Nutr. Clin. Metabol.
Service de réanimation médico-chirurgicale. Institut Gustave Roussy. Villejuif. France
Nutr. Clin. Metabol.. 1991; 5 : 11-24
Summary: Les infections liées aux cathéters veineux centraux représentent la plus fréquente des pathologies iatrogènes hospitalières, et constituent le risque essentiel de la nutrition parentérale, en particulier à domicile. L'incidence d'infections varie de 1 à 30 pour mille "journées-cathéter" suivant les conditions d'utilisation de la voie veineuse. La contamination du cathéter, bien plus fréquente que la contamination des solutés de perfusion, se fait en règle à partir de la peau ou du connecteur et semble facilitée par la fréquence des manipulations de la ligne veineuse. La colonisation à partir d'un foyer infectieux n'est pas rare, surtout en unité de soins intensifs ; la colonisation après translocation bactérienne intestinale est exceptionnelle, sauf chez les malades immunodéprimés. De nombreux facteurs de risque soit hospitalier, soit liés au malade ou au matériel utilisé doivent être connus pour optimiser l'indication, la durée et le mode d'utilisation des différents matériels désormais disponibles. Les bactéries à gram positif, et tout spécialement les staphylocoques à coagulase négative, sont les pathogènes prédominants, mais le profil bactérien varie en fonction du type de malades et de l'unité d'hospitalisation concernés ; les infections à Candida restent redoutables en nutrition parentérale prolongée, et des germes opportunistes sont désormais incriminés chez les patients immunodéprimés. L'adhésion des bactéries sur l'extrémité du cathéter, éventuellement au niveau du manchon fibrineux qui l'entoure, est l'étape de base, suivie d'une colonisation significative et enfin de l'infection d'abord locale puis systémique. L'ensemble réalise un processus infectieux séquentiel sous la dépendance, d'une part de l'hydrophobicité des bactéries et des biomatériaux disponibles, d'autre part de la capacité des souches infectantes à produire un biofilm adhérent, appelé "slime" ou "glycolyx" dans le cas des staphylocoques à coagulase négative, qui enrobe les bactéries à la surface interne et externe du cathéter et crée un milieu susceptible d'altérer les défenses immunitaires de l'hôte et d'inhiber l'activité des antibiotiques. L'avenir de la prévention des infections liées aux cathéters repose sur une meilleure connaisance des mécanismes de défense en présence de matériel étranger, et sur la réalisation de nouveaux biomatériaux inaptes à l'implantation et à la multiplication des souches bactériennes de virulence croissante de plus en plus fréquemment en cause.
Publication
FR, 1991

Pages
11-24

Language
Français

Number of ref
107

Published in
Nutr. Clin. Metabol.

ID notice
318854

Location Call number Status Date due Barcode
CCLIN Est
CClin Est
CHU de Nancy - Hôpitaux de Brabois
Rue du Morvan
54511 Vandoeuvre le Nancy Cedex
Tél : 03.83.15.34.73
cclin.est@chu-nancy.fr
http://www.cclin-est.org/
CCLIN Ouest
CClin Ouest
CHU Hôtel Dieu
CS 26419
35064 Rennes Cedex 2
Tél : 02.99.87.35.31
isabelle.girot@chu-rennes.fr
http://www.cclinouest.com/
CCLIN Paris Nord
CClin Paris-Nord
96 rue Didot
75014 Paris
Tél : 01.40.27.42.00  
karin.lebascle@sap.aphp.fr
http://www.cclinparisnord.org/
CCLIN Sud-Est
CClin Sud-Est
Hospices Civils de Lyon
Hôpital Henry Gabriel
20 route de vourles
69230 Saint-Genis-Laval
Tél : 04.78.86.49.50
cclinse@chu-lyon.fr
http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/
CCLIN Sud-Ouest
CClin Sud-Ouest
CHU de Bordeaux
Hôpital Pellegrin - Bâtiment Le Tondu
33076 Bordeaux
Tél : 05.56.79.60.58
cclin.so@chu-bordeaux.fr
http://www.cclin-sudouest.com/

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.
Tags from this library:
No tags from this library for this title.
Log in to add tags.
    average rating: 0.0 (0 votes)
Languages: