Normal view MARC view

Longitudinal study of bacterial, viral, and fungal infections in adult recipients of bone marrow transplants [Article de Revue]

 
[Etude longitudinale d'infections bactériennes, virales et fongiques chez des patients ayant subi une greffe de moelle osseuse]
NININ E ; MILPIED N ; MOREAU P ; ANDRE-RICHET B ; MORINEAU N ; MAHE B ; VIGIER M ; IMBERT BM ; MORIN O ; HAROUSSEAU JL
Clinical infectious diseases. 2001/07/01; 33(1) : 41-47
Summary: Depuis leurs premières réalisations en 1967, les greffes de moelle ont été utilisées de façon croissante pour traiter les patients atteints de maladies malignes ou auto-immunes sévères. Malgré tous les progrès réalisés pour le prélèvement des cellules, l'utilisation de facteurs de croissance hématopoïétiques pour accélérer la prise de greffe et réduire la durée de la neutropénie, les nouvelles thérapeutiques immunosuppressives et de meilleurs techniques pour la recherche d'histocompatibilité, la greffe de moelle demeure associée à de sérieuses complications comme la maladie du greffon contre l'hôte, le rejet de greffe, la pneumonie interstitielle, la maladie veino-occlusive du foie, et l'infection nosocomiale (IN) qui demeure la principale cause de morbidité et de mortalité chez ces patients. Parce que le risque d'IN est le plus élevé pendant les premières semaines après la greffe de moelle, quand le patient est pancytopénique, des unités de greffe modernes ont été installées, incluant un traitement d'air par flux laminaire, un protocole de décontamination du tractus gastro-intestinal, l'utilisation d'une alimentation " stérile ", un équipement spécial pour la surveillance du patient et du personnel entraîné. Malgré ces mesures, l'incidence des IN est demeurée élevée. Aussi, pour optimiser le traitement antimicrobien et la prévention des infections, les auteurs ont réalisé une étude rétrospective sur 446 receveurs de greffe de moelle (RGM) (92 allogénique et 354 autologue), de 1993 à 1996. Les infections étaient microbiologiquement documentées chez 274 patients, avec des bactériémies, infections urinaires, virémies à CMV, fongémies, aspergilloses invasives et infections sur cathéter. Durant la phase de neutropénie, aucune différence n'a été trouvée entre les RGM allogénique et autologue au regard de l'incidence et de la nature des infections. Après la prise de greffe, bactériémies, virémies à CMV, fongémies et aspergilloses invasives étaient significativement plus élevées chez les RGM allogénique versus les RGM autologue. Les décès liés aux infections étaient peu fréquents et principalement liés à l'aspergillose invasive. Les auteurs en déduisent donc que le traitement anti-infectieux empirique doit être le même pour les RGM allogénique comme autologue, durant la période de neutropénie ; après la prise de greffe, une attention particulière doit être portée au risque infectieux chez les RGM allogéniques, surtout vis-à-vis de la prévention de l'aspergillose invasive. Les résultats de la surveillance microbiologique systématique ont conduit les auteurs à arrêter les prélèvements systématiques de gorge et de selles à la recherche de staphylocoques coagulase négative (SCN), de Streptococcus viridans et de champignons.

The epidemiology of infections was studied in a retrospective cohort of 446 recipients of bone marrow transplants (BMTs; 92 of which were allogeneic and 354 of which were autologous) during 1993-1996. Infections that were microbiologically documented in 274 recipients included bacteremia, urinary tract infections, cytomegalovirus viremia, fungemia, invasive aspergillosis, and catheter-related infections. During the period of neutropenia, no differences were found between recipients of allogeneic BMTs and recipients of autologous BMTs with regard to the incidence and the nature of infection. After patients underwent engraftment, bacteremia, cytomegalovirus viremia, and invasive aspergillosis were significantly more common in recipients of allogeneic BMTs than in recipients of autologous BMTs. Deaths caused by infection were uncommon and were mainly the result of invasive aspergillosis. Therefore, empirical antimicrobial therapy should be the same for recipients of both allogeneic and autologous BMTs during the period of neutropenia; after engraftment, more attention should be paid to the risk of infection in allogeneic BMT recipients, particularly with regard to detection and prevention of invasive aspergillosis.(RESUME D'AUTEUR)
Publication
, 2001/07/01

Pages
41-47

Language
Anglais

Number of ref
19

ID notice
318946

Location Call number Status Date due Barcode
CCLIN Est
CClin Est
CHU de Nancy - Hôpitaux de Brabois
Rue du Morvan
54511 Vandoeuvre le Nancy Cedex
Tél : 03.83.15.34.73
cclin.est@chu-nancy.fr
http://www.cclin-est.org/
CCLIN Ouest
CClin Ouest
CHU Hôtel Dieu
CS 26419
35064 Rennes Cedex 2
Tél : 02.99.87.35.31
isabelle.girot@chu-rennes.fr
http://www.cclinouest.com/
CCLIN Paris Nord
CClin Paris-Nord
96 rue Didot
75014 Paris
Tél : 01.40.27.42.00  
karin.lebascle@sap.aphp.fr
http://www.cclinparisnord.org/
CCLIN Sud-Est
CClin Sud-Est
Hospices Civils de Lyon
Hôpital Henry Gabriel
20 route de vourles
69230 Saint-Genis-Laval
Tél : 04.78.86.49.50
cclinse@chu-lyon.fr
http://cclin-sudest.chu-lyon.fr/
CCLIN Sud-Ouest
CClin Sud-Ouest
CHU de Bordeaux
Hôpital Pellegrin - Bâtiment Le Tondu
33076 Bordeaux
Tél : 05.56.79.60.58
cclin.so@chu-bordeaux.fr
http://www.cclin-sudouest.com/

There are no comments for this item.

Log in to your account to post a comment.
Tags from this library:
No tags from this library for this title.
Log in to add tags.
    average rating: 0.0 (0 votes)
Languages: